Maman d’un petit garçon qui a tout juste six ans, je m’intéresse évidemment à tout ce qui est éducation,  modèles et valeurs à lui transmettre. Mais il persiste des questions, d’anciennes, de nouvelles…Faut-il être plutôt stricte ou pas? Faut-il encourager la différence ou pas? 

Je pense que je suis hantée par l’envie de bien faire, comme vous tous!!… gentiment hantée tout de même. 😅

Je voudrais dans cette rubrique simplement relever les questions que je me pose au quotidien sur l’éducation et l’orientation à donner à Yann et par mes recherches, réflexions et échanges avec d’autres parents et avec vous je l’espère, partager des idées, susciter des interrogations, toujours dans le but de bâtir des personnes dont tout le monde, y compris eux-mêmes, seront fiers.  

Premier sujet : la différence. Nous sommes évidemment tous différents : différents au sein de nos familles , au boulot, partout! Et nos petits bouts avec! 

Différence OUI mais jusqu’où? 

Je serais toujours là pour te protéger

Même étant encore relativement jeune (27 ans à ce jour), je peux dire avec beaucoup de conviction que le monde a bien changé et qu’il continue d’ailleurs de le faire. Il y’a encore peu, il n’était pas autant permis aux individus d’exprimer librement leur idées, leurs orientations sexuelles, bref d’être qui ils sont simplement!!! Et il faut dire  malgré l’évolution qui a été faite, la société reste encore à bien des égards intolérante aux personnes qui ne rentrent pas dans les canaux qu’elle qualifierait de “normaux”.

J’ai une fois rigolé de voir un ami qui avait un fils deux ans plus vieux que le mien, trinquer au fait que son fils qui devait avoir à l’époque 5 ans, lui annonçait qu’il avait le cœur qui balance entre ses deux copines et qu’il voulait les garder toutes les deux  pour ne jamais être seul. Aaaahhh ces hommes, aussi petits soient-ils, ils pensent déjà à ça. 😆  

Pour revenir à mon ami, il était comme qui dirait “soulagé” que son fils soit hétérosexuel. et quand j’essayai de comprendre les raisons de ce soulagement, il ressortait une seule crainte finalement que tous les parents ont, c’est que leur enfant plus tard soit rejeté par la  société.

OUI je suis tout à fait d’accord avec ceux qui diraient “ Oui, mais c’est pas à nous de changer, c’est aux autres de nous accepter comme nous sommes”.  Sauf qu’en attendant, voir son enfant rejeté et possiblement humilié, que l’on partage ce point de vue ou pas, ca fait mal. 

Alors la différence, faut-il la cultiver, l’encourager ou d’inhiber  dans l’éducation que nous donnons à nos petits bouts? quel discours devons-nous leur tenir? ou encore comment préparer le mental de nos bébés à affronter cela? 

Je n’ai toujours pas de réponse, et je ne suis pas certaine de bien faire avec Yann. 

Cultiver la différence

 J’ai toujours eu un caractère très affirmé et même s’il s’agit d’une “moindre différence”, ca en reste quand même une qui quelque fois m’a causé bien des déboires. Alors je suis tout de même partisante du “il faut s’affirmer et s’assumer”. Avec Yann, j’essaie déjà de cultiver cela sur certains sujets, mais comment vous dire? Il reste tout même la crainte qu’il me ramène un jour une bonne grosse différence qui ne changera jamais mon amour pour lui, ca jamais! Mais qui l’obligera toute sa vie à “lutter” et à se justifier auprès des autres, that’s the question. 

Et pour être tout à fait honnête, j’aime mieux qu’il soit tout juste dans “l’acceptable” plutôt que le “complètement différent”….

Je suis différent et alors?

Préparer leur mental

Alors au cas où mes prières ne seraient pas écoutées, ou plutôt mes craintes se verraient se réaliser, comment faire? comment solidifier suffisamment le moral de bébé, parce que même si maman fait de la boxe, elle ne pourra pas toujours intervenir 😅. J’aurais bien voulu pourtant. 

La première chose que je sais mais qui est très enfouie en moi, tellement enfouie que je ne m’en souviens jamais, c’est qu’ils sont souvent bien plus forts qu’on ne le pense nos petits bébés. Donc en principe, on a pas tant de souci à se faire, mais on s’en fait quand même! 😅

Moi personnellement, je procède actuellement de deux façons: 

1-Je lui apprends un maximum la tolérance: oui je pars du principe que si nous sommes tous dans cet apprentissage de tolérance et d’amour de l’autre tel qu’il est, nos petits bouts auraient sans doute moins de souci à se faire. 

2- Sortir les griffes quand ça ne va pas : On a beau dire le contraire, bien souvent la seule façon de se protéger c’est de bien faire comprendre à l’autre “de quel bois on se chauffe” comme on dit au Cameroun. 

J’ai appris au fil des années qu’il est une catégorie de personnes qui ne nous attaquent pas, uniquement parce qu’ils ont peur des représailles. Faut donc pouvoir jouer là dessus. 

Et vous les parents et même futurs parents,  comment gérez-vous cette questions de différence. Avez-vous des témoignages à partager? 

#Partageretgrandir